Do it yourself : faire un ARG avec google map

MFR

Le 30 avril 2016, la Maison Familiale et Rurale (MFR) de Saint Grégoire, l’association 3 Hit Combo et moi même proposaient un jeu de reconnaissance des plantes développé avec les étudiants de seconde professionnelle. Pour faire court, il s’agit d’un jeu en réalité alternée (Alternate Reality Game ou ARG), ce qui signifie qu’une partie se déroule autant sur un espace numérique que sur un lieu bien réel, ici la MFR. Voyons ensemble comment tous ensemble on peut réaliser un ARG avec quelques bouts de ficelles.

Fonctionnement du jeu

Avant de voir comment a été construit ce jeu, voyons un peu le fonctionnement du jeu.

Première étape : Aller à l’accueil du jeu pour se voir confier une « recette », c’est-à-dire un groupe de plante qu’il va falloir trouver dans l’enceinte de la MFR. Chaque plante est située dans des endroits très spécifiques où se trouve une fiche avec un code. Mis bout à bout dans le bon ordre, les codes des plantes débloquent un contenu mystère.

SPOILER : Ce sont des bouts d’une image plus globale qu’il va falloir découvrir en faisant toutes les recettes.

Seconde étape : Une fois que l’on a la recette, on peut soit parcourir la MFR soit s’aider d’une carte interactive réalisée sur MyMap, l’outil d’édition de carte de Google Map. Les joueurs peuvent ainsi consulter la carte directement sur leurs smartphones (à condition d’avoir une adresse gmail) ou sur les ordinateurs mis à disposition des participants.

Troisième étape : Fouiller ! Regarder autour de soi ! Demander aux autres joueurs s’ils savent où se trouvent nos plantes.

Quatrième étape : Une fois la plante trouvée, il faut noter le code en bas de la fiche de la plante jusqu’à avoir tous les codes de notre recette.

Cinquième étape : Revenir à l’accueil pour voir ce que ça donne pour recomposer l’image finale.

Outil pour réaliser le jeu

Gimp : logiciel de montage photo gratuit

My Map : Outil d’édition de carte de Google Map, un peu contraignant en terme de droit de consultation et de modification. Éventuellement, préférez Umap qui est plus ouvert en terme d’accès.

Flickr : site d’hébergement de photo

URL Shortener : raccourcisseur d’URL ou Frama.link si vous voulez éviter Google.

Libre Office : Suite office très classique avec traitement texte et tableur. Comme c’est un logiciel open source, il est souvent bien plus pratique en terme de format de fichier.

N’hésitez pas à réaliser un tableau de bord comme celle ci-dessous. Cela pourra vous éviter d’oublier quelque chose.

tableur

Comment le réaliser ?

1) Définisser la zone de jeu et cartographier les plantes qui s’y trouvent

Pour cela, prenez une bonne vieille carte en papier et mettez un point là où se trouvent les plantes qui vous intéressent. Attention à ne pas voir trop grand ! Cette étape va définir votre temps de jeu et la difficulté. En effet, le 30 avril, les joueurs devaient parfois traverser en long et en large la MFR pour compléter leurs listes de plantes, ce qui gonflait parfois trop le temps de réalisation des recettes.

Une fois que c’est fait, placez le tout sur une carte en ligne (MyMap ou Umap selon vos préférences) qui servira d’aide à vos joueurs.

2) Identifier les plantes répertoriées sur votre carte et trouver une classification des plantes

Cette classification permettra d’établir la difficulté des recettes. Les élèves de secondes ont tout d’abord classé comme on leur apprend en cours, avec des plantes bocagères, des plantes décoratives, bisannuelles, etc. Finalement, les classifications s’avéraient trop compliquées puisqu’elles ne parlaient pas aux joueurs moins compétents en reconnaissance. Faites donc simple ! Pour cela on peut jouer sur la floraison, l’écorce, etc.
À cette occasion, notez toutes les informations qui seront présentes sur les fiches plantes. Dans le cas de la MFR, nous avons mis la famille, le genre, l’espèce et le nom commun. Ça peut être une partie informative pour les joueurs, donc n’hésitez pas à rajouter des anecdotes ou des informations supplémentaires si vous en avez. Toutes ces informations peuvent être présentées soit sur la carte interactive soit sur les fiches que les joueurs trouveront au pied des plantes.

3) Construisez vos recettes

Maintenant que vous avez cartographié et classez vos plantes, définissez les recettes que vos joueurs vont devoir réaliser. On le rappellera, réfléchissez bien au temps qu’il faudra aux joueurs pour aller sur les différents points et trouver toutes les plantes. De même, pensez aussi en terme de difficulté. Quelle plante aura fleuri au moment où les participants vont jouer ? Y a-t-il des plantes plus cachées ou moins reconnaissables que d’autres ?

Une fois que c’est fait, assignez à chaque plante un nom de code exemple : A1 B3, C4… La lettre correspond à la recette dans le niveau de difficulté (A = 1ère recette du niveau), le chiffre est alors au l’ordre dans laquelle le joueur devra positionné la plante. (1 = 1ère plante à trouver et à placer dans le code de la recette)

4) Récolter les photos de chaque plante de votre jeu

difficile

Ces photos seront intégrées à la carte interactive. Pour parer un maximum de situation dans la suite du développement, pensez à prendre un plan large, un plan serré et un gros plan. Cela vous sera utile si vous devez passer une plante du niveau facile au niveau difficile.

5) Créer la photo finale et découpez-la en morceau

Vous avez votre carte, toutes les infos sur les plantes et vos recettes ? Il est l’heure de faire les éléments qui vont pousser les joueurs à réaliser les recettes. Dans le cas de la MFR, on a réalisé une photo de la classe qui a réalisé le jeu. On a agrémenté cette image de la mascotte de la journée porte ouverte de la MFR ainsi que des plantes que les joueurs ont vue passée pendant le jeu. Ensuite, on a découpé cette photo en petit morceau. Ce sont ces petits bouts que vont devoir recomposer nos joueurs.

6) Faire héberger vos photos et créer les codes avec les URLs

Dans le cas de la MFR, nous avons hébergé les photos des plantes, la photo finale et les petits bouts gratuitement sur Flickr. De cette manière, les images étaient stockées et consultables par tous gratuitement. Ensuite, on a récupéré l’adresse de chaque photo.

Sur Flickr, trouver l’adresse exacte de la photo est un peu compliqué. Pour cela, cliquez sur l’icône « partager » (la flèche), puis « imbriquer ». Copiez le bout de code dans un traitement de texte et prenez la portion comprenant une adresse internet terminant en « .PNG » ou autre selon le format de votre image.

Il y a certainement plus simples (si vous avez un serveur dédié notamment), mais avec les contraintes budgétaires et de temps, c’est la meilleure solution qu’on est trouvé.

Les adresses des photos de plante serviront à l’intégration des photos sur la carte interactive. Les autres serviront pour les recettes. C’est d’ailleurs ces dernières que vous devrez raccourcir.

Pour cela, passez par URL Shortener, l’outil de Google, et notez le résultat dans un coin de votre tableau de bord. Vous pouvez aussi par Frama.link, ln service en ligne libre et minimaliste qui permet de raccourcir des liens sans passer par Google.

 

7) Assigner une URL raccourcie à une recette et découpez la

une fois que vous avez vos adresses raccourcies, vous pouvez définir une adresse par recette. Une fois que cela est fait, découpez cette adresse en autant de bouts que vous avez de plantes. Ainsi, chaque plante aura quelques lettres qui mises dans le bon sens vont recréer l’adresse.

8) Réaliser autant de logo que vous avez de recettes et intégrer là aux plantes concernées

Assignez un logo par recettes. Ces logos permettront aux joueurs de voir facilement que la plante qu’il a sous les yeux correspond bien à la recette qu’il est en train d’effectuer. Une fois que

9) Réaliser vos fiches plante

Ces fiches seront celles que vos joueurs vont trouver au pied des plantes. Elles doivent comprendre au minimum le nom de la plante, le code et la photo (où l’on voit le logo de la recette et le mini code pour savoir la position dans la recette. Exemple : B1, C3…)

10) Réaliser vos fiches joueurs

Ce sont des feuilles que vous distribuerez aux joueurs. Une fiche = une recette. Celles-ci doivent comprendre :

– Un résumé des règles du jeu

– La liste des plantes qu’ils doivent trouver (avec une petite zone pour mettre le code de chaque plante)

– Le logo de la recette

11) Placer les fiches plantes sur le terrain et mettre en place le lieu d’accueil du jeu

Et c’est parti !


 

Feedback des tests et points à améliorer :

Le jour J, le jeu ne s’est pas fait sans heurts. Problème de dernière minute, pépin de connexion, tout y passe mais c’est le jeu ! Toutefois, voilà déjà quelques travers à éviter :

– Attention à la zone de jeu ! Les élèves de la MFR connaissant bien l’endroit, ils n’hésitaient pas à indiquer des coins reculés.

– Attention au niveau des joueurs ! Les élèves de seconde étant bien formés à la reconnaissance avaient tendance à surestimer le niveau des participants. Pour les plantes faciles, préférez les photos avec un plan large et avec la même floraison qu’au moment de votre jeu. Pour les niveaux difficiles, montrer l’écorce ou juste un bout pour compliquer le travail de reconnaissance.

– Préférez mettre peu de plantes dans les recettes faciles.

– Pensez à bien fixer les fiches sur les plantes, avec un trombone ou autre ! Sinon ça peut s’envoler pendant votre partie 😉

H.B