1720 signes pour un site

rennes1720

Je me penche sur mes problématiques journalistiques et l’info me remonte à la figure : Rennes 1720 est parti. C’est con.  Je bossais dedans.

Oh il est pas parti loin hein. Il est allé voir si le chouchen était plus frais ailleurs. Mais au passage, on perd une belle expérience journalistique. Mais avant de tergiverser sur ça…

Mini séance de rattrapage : Rennes1720.fr est un site d’information locale. Comme son nom l’indique c’est rennais. 1720 parce que cette année là, la capital actuelle de la région Bretagne est victime d’un grand incendie qui oblige à tout reconstruire…  »Un nouveau journalisme où tout est faire » résonne clairement entre ces lignes HTML.

Rennes 1720, j’ai connu ça en février 2012. Je couvrais une conférence sur l’Open data à la Cantine numérique de Rennes. La thématique m’intéressait depuis quelque temps et me voilà partie pour enfin traiter le sujet. Comme toute conf’, ça troll gentiment jusqu’au moment où un bonhomme aux yeux pleins de malice se lève. Il vient présenter un concept, une idée de portail web qui au dernière nouvelle dort toujours dans les cartons. Bref revenons à notre sujet.

Le monsieur expose son projet et au passage il parle d’un site. Rennes1720.fr, qui manifestement traite l’info locale de manière participative. Comment fait-il ? Mystère. La conf’ se termine et je saute sur le jeune homme pour en savoir plus. Il s’appelle Julien Joly et il dirige le site en question. Il m’explique que les lecteurs participent à l’élaboration des sujets, voir même ils écrivent des papiers. Je propose mes services, qui sait ça peut aider et ça me fera de l’expérience. Banco, je suis chargé de faire le compte rendu de la réunion sur l’Open Data. La suite, vous pouvez la lire .

J’étais désormais dans l’équipe. Peu à peu, au fil des billets, j’ai appris l’écriture web (incisif, court, précis…tout l’inverse de ce billet^^). J’ai découvert qu’un autre journalisme local était possible. J’ai trouvé une nouvelle spécialisation dans les nouvelles technologies et les dispositifs innovants découvrant toute une culture qui m’était inconnue (ici ou encore ici), j’ai affiné mon côté rock critic en interviewant des artistes que j’admire ( et )…

photo réalisé par: mediatech.everydatalab.com

Une première expérience dans une VRAI rédac’ web mais aussi une expérience humaine avec le lot de rencontres, d’anecdotes et de nuits blanches qu’elle engendre. La ligne de conduite était à peu de choses près : trouve un angle… et fais toi plaisir.

Et toujours à contre-pied l’angle. L’évidence même, mais dure à appliquer mine de rien

Exemple pratique :  On parlait du Forum Libé à Rennes, un évènement fait de conférence sur des sujets tel que le Respect ou la citoyenneté.  On y a croisé autant Stephane Hessel que Caroline Fourest ou Charb.  Le forum Libé  a tendance à extasier tout le monde à Rennes, moi le premier. Mais avec le « Think Different » made in Rennes1720 ça a donné ce papier qui prouve par A + B le parisianisme d’un événement rennais. Il m’est attribué certes mais il serait bien fade sans la patte de Julien qui a trouvé l’angle juste.

Autre exemple, un soir on parlait des nuits chaudes et des sex-shop de Rennes:

« Pourquoi pas faire un papier sur ce sujet ? Y a moyen de faire du gonzo dessus, non ?

– Mouai c’est déjà vu 100fois

– Oui mais pas sous l’angle économique ! »

L’art de trouver l’angle évident mais dont personne n’a pensé avant. L’art aussi de m’envoyer faire la tournée des sex-shop de Rennes avec une demoiselle que je ne connaissais pas encore (et qui deviendra par la suite une amie que je vous recommande si vous cherchez une graphiste) !

À ce moment-là, j’étais étudiant en Licence Information Communication. J’animais deux émissions de radio en parallèle. Je n’ai donc pas pu écrire sur ce site autant que je l’aurai voulu. Dommage car pendant ce temps-là, les bons papiers se multipliaient avec, en fond, des valeurs humanistes que je partage complètement.

Capture écran par : http://rennes-ethique.blogspot.fr

Il a fallu que je déménage à Nantes pour enfin voir les bureaux du site. Il y avait tant à faire, tant de (saine) ambition et malheureusement  peu de temps et peu de moyens.  À ce propos, je ne laisserai personne dire que quelqu’un s’est enrichi sur ce projet. Loin là, c’est même le contraire.

Car comme tout Pur Player, Rennes1720 survivait comme il le pouvait. Comme vous le savez, trouver l’équilibre financier pour un site internet est un défi. Deux y arrivent pour l’instant et c’est pas n’importe lesquels (Arrêt Sur Image et Mediapart). Et sur rennes1720.fr il n’était pas question de faire du clic facile et déprimant comme le décrivait si bien l’happening Journalisme Web For The Win. Seulement qui serait prêt à payer pour de l’actu locale sur le net ? Encore plus dans une ville étudiante, multiple et changeante comme Rennes. Difficile à dire donc…

Reste un site ou une idée de site, pas franchement laisser à l’abandon mais en hibernation, qui attend le bon moment pour ressurgir. En interne, ça bouillonne d’idée, mais en attendant c’est une page qui se tourne et je me plais à revenir en arrière de temps en temps.

Le titre indique « 1720 signes pour un site ». Je crois que j’ai un peu dépassé le quotas prévu (4950 environs)  du coup je vais m’arrêter là^^

Je ne remercierai jamais assez les créateurs et les contributeurs du site, Julien, Pierre, Gwenn, Sophie, les soeurs patates… Je suis fier d’avoir travaillé à leurs côtés et j’espère pouvoir rebosser avec eux à l’avenir